| PAGE D'ACCUEIL |


DE RETOUR DE L'EPIC ENDURO

Posté le 06-04-2014

Revient de l'épic enduro. La première boucle s'est très bien passée et a lieu autour du sommet Naudech, avec 3 spéciales.







Le départ à 5 heures fut difficile. C'est la première fois que je pars aussi tôt. 500 coureurs prennent le départ. Le peloton s'élance dans cette longue course. Dans la longue ascension, certains jouent du coude, forcent pour doubler, quitte à te mettre dans le fossé ou te faire tomber, pour être devant. Hors rien ne jouent là, la course se fait dans les spéciales.



Départ à 5h du mat


Après plus d'une heure de liaison en montée et 30 minutes d'attente, j'attaque la première spéciale de nuit. Le départ des spéciales ne fait les uns après les autres, sans délais, on part à quelques secondes de l'autres contrairement aux autres enduros. Les organisateurs badgent la puce à chaque départ et arrivée.




C'est aussi la première fois, que je fais un run de nuit, les sensations ne sont pas les mêmes, ils font plus anticipé. Merci à John de m'avoir prêter ses superbes éclairages, je voyais comme en journée. D'un coup la lumière s'est éteinte, le noir total. J'ai dû changer de batterie, en plein milieu de la spéciale. Mais beaucoup de personne, font la spéciale a pied, s'arrêter pile devant toi au moindre obstacle !




Arrivée en bas de la SP1, le jour commence à se lever, sur Vieussan, le coin est ravissant. Il faut compter pour rejoindre chaque spéciale 1 heure en prenant quasiment les mêmes liaisons. Dans ces liaisons, une de mes pédales se dévisse, pour rendre hommage au vélo de Pierre Gilhodes. Sur le coup j'ai cru qu'elle était cassée. Ouf, je la revisse. Plein de coureurs m'ont doublé, pas un seul d'entre eux me n'a proposé de l'aide ! Belle état d'esprit, chacun pour soi !



Le jour se lève sur le village de Vieussans






La SP2 était très technique surtout le départ, avec de nombreux passages rocailleux glissants. La SP3 était grandiose surtout la partie sous les pins avec de beaux pif paf dans la terre, j'adore ! En bas de la spéciale, un jeune concurrent me double en criant casse-toi, et me donne un coup d'épaule pour me pousser dans le talus, quel connard, je le rattrape, dans la montée à quelques mètres de l'arrivée, il cale. Devant les organisateurs, je lui dis "petit con, belle mentalité de mer... t'as rien compris à l'esprit de l'enduro, t'as de la change de porter un casque intégral, on ne double pas comme ça ! " Aucune excuse, il a préféré tracé sa route. Superbe ambiance à cet enduro.







Liaison 3



Après, la SP3 je rejoins de nouveau, le point de départ, le paddock, où se trouve le ravitaillement. La porte horaire était à 11h30, je suis arrivé à 9h45. Je mange un bout. Je me pose un peu. A 10h15 j'attaque la deuxième boucle. Je repars doucement car la montée jusqu'à SP5 s'annonce rude.




Malheureusement je n'ai pas pu finir la boucle 2, dans la liaison 5, gros poussage et portage sur plusieurs kilomètres jusqu'au sommet Montahut (1053 m)



Prieuré de St Julien

 
Le Caroux

 
Le Caroux

 
Long  portage jusqu'au sommet de Montahut
 




Je suis arrivé en haut avec HS, mais ravi car le panorama sur le Caroux, sur les paysages de la vallée de l'Orb avec fond de toile les Pyrénées enneigées, était magnifique. Comme disait Eliot Ness ne vaut pas crever ça serait dommage.



Eliot au départ de la SP5
 




 


 
Départ de la SP5 à Montahut




J'ai voulu attaqué direct, malheureusement j'ai touché à l'arrière à rocher. Le dérailleur a pris chère. Je le redresse. Je repars tant que faire ce peut. Ca tremble, le dérailleur n'est plus aligné, le galet supérieur touche la cassette, le ressort est mort. Je finis malgré tout cette spéciale très agacé. Celle-ci fut l'une des plus magnifique depuis ce matin et je n'ai pas pu me faire plaisir.



Juste après l'arrivée, je m'arrête. Je m'aperçois que une des galettes est tordue et bloquée. Je me mets de l'huile. Je repars. Dans la montée de liaison 6, ça frotte de partout, impossible d'avancer, le dérailleur est mort? J'essaye de le bricoler, rien à faire, même cas que ce matin, personne m'a proposé de l'aide, écœuré.



Je me vois mal de me taper 10 km à pied jusqu'au sommet du Bardou, surtout que j'ai mal partout. Je rentre, directement à l'arrivée, dégoûté, de ne pas avoir fini la boucle 2.



Gorge de l'Héric
 

Au milieu le sommet de Montahut
 

Gorges de l'Héric




La journée de l'Epic s'est conclue par un bon repas préparé par les bénévoles accompagné d'un bon verre de rouge qui tâche, qui me remonter le moral. Je remercie aux organisateurs malgré certains un était d'esprit pour certains concurrents déplorable (aide, poussage, insulte...), le parcours était magnifique, sauf pour le long portage lol, avec de belles spéciales de toutes sortes, l'accueil était excellent, organisée et bien préparée. Merci à vous.



Laisser un commentaire     0 commentaire(s)


CATEGORIES
  • Conseils
  • Sécurité
  • Découverte
  • Divers
  • Santé
  • Débutants
  • Escapades
  • Randos
  • Vidéos
  • Enduro
  • Événements
  • Sorties
  • Parcours VTT Aveyron
  • LES 6 DERNIERS ARTICLES
  • CREATION BASE V ...
  • LES PETITS BOBO ...
  • LYCEE LA ROQUE  ...
  • RANDO DU TELETH ...
  • ROC LAISSAGAIS  ...
  • CAUSSES ORTHOLE ...
  • LIENS FAVORIS
  • Vélo Vert
  • Mon skyblog
  • Forum VTT Aveyron
  • VTT France
  • AVEYRON VTT
  • Les Sentiers de JL
  • Le Blog du VTT club
    de Druelle
  • ALIGOPRO
    Be a HERO ???
  • LES TONTONS
    DERAILLEURS
  • ENDURO TRIBE
  • VTT A 2


  • STATISTIQUES
    Nb de visiteurs : 1
    Nb de visites total : 388443
    Nb d'articles : 375
    Nb de photos : 74
    Nb de commentaires : 138




    repertoire sport divertissements vtt