| PAGE D'ACCUEIL |


MAGAZINE RIDE IT - ARTICLE SUR LE SHIMANO EPIC ENDURO -

Posté le 21-01-2014

Dans un plus de 2 mois parmis les 499 autres inscrits, je participerais au Shimano Epic Enduro. L'article publié par le magazine RIDE-IT permet de faire une mise au point cette épreuve unique en ce genre. 



La course enduro vtt ultime !



epic_enduro_2014_001.jpg





Un départ et une arrivée pour beaucoup de nuit,tudor replica watches 90km de sentiers monotraces, plus de 4000m de dénivelé positif et négatif, trois boucles et des spéciales de 5 à 25 minutes pour les meilleurs... Voilà ce qui attend les 500 participants qui vont prendre part le 5 avril prochain au Shimano Epic Enduro, la course d'enduro la plus folle jamais organisée !


A l'image de la Gille Lalaye Classic en enduro moto ou encore des Ultra Trals en course à pied, le Shimano Epic Enduro s'inscrit comme la compétition d'enduro VTT ultime. La plus exigeante et difficile jamais imaginée, puisqu'il faudra entre dix et douze heures pour les meilleurs pour boucler les 90km ! C'est l'équipe de Wildtrack (à qui l'on doit déjà les Kali Open Enduro et l'Aventure en duo Biivouac) que l'on doit cette idée folle, en association avec Vélo Caroux Haut-Languedoc (le club de l'enduriste Théo Galy).

Audemars Piguet Replica

Comment ça se passe ?

Le Shimano Epic Enduro se déroulera sous la forme d'un rallye-raid autour de Mons le Trivalle, à quarante-cinq minutes au nord de Béziers dans le Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc. Le paddock sera disposé autour du parcours réalisé en forme de trèfle à trois feuilles formant trois boucles différentes, de deux à quatre spéciales chacune durant entre cinq à ving-cinq minutes... pour les meilleurs. Le départ sera donné en groupe aux aurores avec une liaison vers la première spéciale en nocturne. Eclairage obligatoire ! Ensuite, chaque pilote devra gérer la course comme il l'entend, il n'y aura pas d'ordre de départ imposé à chaque spéciale.




epic_enduro_2014_002.jpg


Un impératif la barrière horaire

Le Shimano Epic Enduro est divisé en trois boucles. Le concept est de parcourir le plus vite possible les spéciales chronométrées, tous en s'économisant le maximum en liaison (montées sur pistes, portages, singles techniques...). La difficulté et l'originalité de cette compétition « rallye-raid » consisteront à gérer son timing global (chrono, ravito, pause, assistance...à pour passer dans les temps de chaque barrière horaire et se qualifier pour la suite. Le classement général sera effectué au cumul des temps des spéciales chronométrées, au terme des trois boucles. Les plus courageux (ceux qui réussiront à aller au bout de cette course ultime) seront récompensés de l'Epic Enduro d'Or. L'intérêt du concept, c'est de récompenser tout le monde. Ceux qui seront venus à bout des deux premières boucles auront l'Epic Enduro d'Argent, tandis que l'Epic Enduro de Bronze récompensera les pilotes étant arrivés au terme de la première boucle, en partie nocturne. Allez, on laisse la parole à greg Noce, qui nous livre tous les secrets de ce premier Shimano Epic Enduro !


Interview Greg Noce (Co-organisateur du Shimano Epic Enduro)

« L'important, ce n'est pas franchir la ligne d'arrivée en premier, c'est d'être le meilleur en spéciale ! »


Ride It : Les inscriptions au Shimano Epic Enduro sont déjà complètes... en moins d'une demi-journéee ! Qui s'est inscrit ?

Greg Noce : Il y a pas mal de personnes qui ont participé à l'Open Enduro et des « fidèles » et qui ont fait Biivouac (entre 60 et 70% des inscrits prendront part au Shimano Epic Enduro). Beaucoup de pilotes viennent du Sud, les aficionados de la Transé ont aimé le concept. Mais la grosse surprise, c'est le nombre important d'inscriptions de pilotes provenant du grand bassin parisien et de Nordistes. On a même reçu des demandes de Hollandais. Il y a pas mal d'inscrits qui ont choisi de venir en groupe. Certains vont louer un minibus et de quoi se loger en groupe, c'est vraiment un bon esprit !


Ride It : Les inscriptions ont été complètes en sept heures. Vous attendiez-vous à tel succès ?

G.N : On savait qu'avec ce concept, on pouvait autant effrayer que donner envie. Je m'étais dit que faire 350 ou 400 inscriptions, c'était déjà beau, mais faire « salle comble » en si peu de temps, c'est énorme. On sentait qu'il y avait une demande de la part des pratiquants pour ce type de course, à l'image de ce qu'il se fait en Ultimate Trail en course à pied. C'est nouveau dans le vtt Enduro, mais je ppense qu'il y a une réelle attente. Cela élargit la vision de l'enduro. Il y a pas mal de pilotes inscrits qui viennent du XC marathon et qui veulent « goûter à ça ».


R.I : Justement, en parlant de pilotes, comment s'annonce le plateau ?

G.N : Le team Giant est confirmé, tout comme des pilotes comme François Bailly-Maître, Damien Otton, Greg Doucende, Nicolas Filippi ou encore Alexis Chenevrier, vainqueur de la Transvésubienne. Cédric Garcia est motivé pour venir et les pointures de l'enduro (Jey Clementz et compagnie, ndlr) ont noté la course sur leur agenda mais attendent d'avoir un peu plus de visibilité sur le calendrier des courses pour confirmer.




epic_enduro_2014_003.jpg



R.I : Qu'est-ce qui va rendre cette course si unique ?

G.N : C'est bien différent des courses longue distance comme la Transvésubienne. Le principe demande en tout cas beaucoup plus de tactique de la part des pilotes. Le vainqueur sera le plus malin et celui qui aura le mieux géré son effort. Chaque pilote est bipé et son chrono se déclenche au portique de départ de chaque spéciale. Sachant qu'un pilote peut s'élancer toutes les deux secondes, on peut imaginer que des alliances vont se créer. Par exemple, un pur crosseur pourra choisir de « biper » derrière un enduriste et l'utiliser comme lièvre pour suivre ses trajectoires. A l'inverse, un « enduriste » pourra « prendre la roue » d'un crosseur pour profiter de son rythme pendant les liaisons.


R.I : Quel VTT conseilleriez-vous ?

G.N : il y a deux options. Le pilote technique peut se tourner vers un tout-suspendu de 130mm ou 140mm de débattement. Seconde option, que j'aurais tendance à privilégier, qui consiste à utiliser un vtt à gros débattement (160mm en 26 pouces et 27,5 ou 130 à 150mm en 29 pouces), mais qui reste efficace au pédalage. Il faut tout miser sur le confort pour aller jusq'au bout, car il y aura des spéciales vraiment techniques et croyez-moi, vous apprécierez d'avoir du débattement à la fin de l'épreuve. Sans oublier la fiabilité, bien évidemment. C'est une épreuve longue, il faut donc réduire au maximum les risques de problème mécanique.


R.I : Un départ aux aurores, une première spéciale de nuit avec éclairage... ça ne fait pas trop peur ?

G.N : Effectivement, il y a pas mal d'inscrits qui en discutent sur les forums, et ça les stresse ! Un conseil simple : la journée va être longue, prenez le départ comme si vous partiez sur une course de cross-country sans sprinter dès la première spéciale car ce n'est que le début. La gestion des portes horaires est capitale. Le pilote qui arrive avec une demie heure d'avance par exemple doit en profiter pour se reposer. Ce qui est important, ce n'est pas franchir la ligne d'arrivée en premier, c'est d'être le meilleur en spéciale !


R.I : en parlant de portes horaires, comment allez-vous calculer les timings?

G.N. La première porte horaire a été calculée pour un pilote moyen, en tenant compte des temps d'arrêts et de repos. L'idée est qu'un maximum de personnes puisse la franchir afin de pouvoir continuer la course. On a choisi de faire un parcours en forme de trèfle avec trois boucles afin de pouvoir réaliser un classement par boucle. De cette façon l'événement reste populaire car presque tout le monde peut s'y frotter. Mais ceux qui finiront seront de vrais guerriers. Ca reste une épreuve ès difficile, avec des spéciales longues qui peuvent atteindre une demie heure dans les cailloux et la pente. Sur certaines liaisons, il y aura des ascensions de plus de deux heures... vous êtes prévenus !


Interview de Mathieu Arrambourg. (Responsable communication et marketing Shimano France).

Shimano Epic Enduro est la première manifestation d'enduro de masse, ce qui est plus la cible de Shimano qu'une Coupe de France d'enduro »


Ride It : Comment Shimano se retrouve partenaire principal de l'Epic Enduro ?

Mathieu Arrambourg : Nous cherchions une épreuve d'enduro de masse, et jusqu'à présent, il n'y en avait pas. Au mieux, une épreuve d'enduro rameute trois cents gars mais guère plus. Le Shimano Epic Enduro va être un format qui va permettre d'atteindre un nombre de participants très important, même si pour cette année, il a été limité à cinq cents inscrits. A terme, l'organisation espère atteindre un millier de vététistes, ce qui est tout à fait possible avec les départs libres ou la gestion des transitions en temps libre même s'il y aura des portes horaires. Mais surtout, ce format permet à des gens, moins affûtés physiquement que ceux qui s'alignent à une Transvésubienne, de rouler à leur rythme, ce qui fait qu'on est plus sur le client de Shimano.


R.I : Pourtant, l'image des produits Shimano n'est pas forcément associée à l'enduro aujourd'hui ?

M.A : Shimano a beaucoup de produits adaptés comme les freins, les roues ou encore les pédales. Après, on peut parler des transmissions. Aujourd'hui, 10% des gens interrogés roulent en monoplateau. Le reste en double ou en triple. Shimano a du double et du triple plateau. Alors oui, nous n'avons pas encore de système aussi élitisite que le mono, mais encore plus sur le Shimano Epic Enduro qu'ailleurs, les gens vont se rendre compte que d'avoir un petit plateau, voire même trois plateaux, ça peut quand même servir pour aller crapahuter 4000m de dénivelé positif !


R.I : Sur le terrain, comment va se concrétiser le partenariat avec l'organisation Wildtrack ?

M.A : Nous allons offrir une assistance technique dès la veille du départ à tous les participants, le jour de la course une heure avant le départ pour que tout le monde puisse s'aligner sur la ligne d'esprit serein, et durant toute l'épreuve. Après nous allons mettre en place trois opérations d'ambassadeurs de nos marques : Shimano d'une part avec les produits chaussures, sac ou des roues notamment, Pro (ndlr : la marque accessoires de Shimano avec la gamme Yharsis) et tout ce qui est électronique avec les gps MIO, les caméras Rollei, ou encore les lampes Light & Motion. Cinq personnes pour chaque domaine seront sélectionnés lors d'un concours que nous allons mettre en place dès janvier, pour représenter nos marques toute l'année sur des épreuves dont le Shimano Epic Enduro. Elles auront à cœur de nous faire vivre leur quotidien avec nos produits via les réseaux sociaux.






Laisser un commentaire     0 commentaire(s)


CATEGORIES
  • Conseils
  • Sécurité
  • Découverte
  • Divers
  • Santé
  • Débutants
  • Escapades
  • Randos
  • Vidéos
  • Enduro
  • Événements
  • Sorties
  • Parcours VTT Aveyron
  • LES 6 DERNIERS ARTICLES
  • CREATION BASE V ...
  • LES PETITS BOBO ...
  • LYCEE LA ROQUE  ...
  • RANDO DU TELETH ...
  • ROC LAISSAGAIS  ...
  • CAUSSES ORTHOLE ...
  • LIENS FAVORIS
  • Vélo Vert
  • Mon skyblog
  • Forum VTT Aveyron
  • VTT France
  • AVEYRON VTT
  • Les Sentiers de JL
  • Le Blog du VTT club
    de Druelle
  • ALIGOPRO
    Be a HERO ???
  • LES TONTONS
    DERAILLEURS
  • ENDURO TRIBE
  • VTT A 2


  • STATISTIQUES
    Nb de visiteurs : 1
    Nb de visites total : 388443
    Nb d'articles : 375
    Nb de photos : 74
    Nb de commentaires : 138




    repertoire sport divertissements vtt